Une lettre de Madame Thérèse Bonney
au Colonel Montgomery 

Page créée le 4 juillet 2020 - Dernière modification de la page le ......................... 
Qui était le Lieutenant-Colonel Robert MONTGOMERY ?
Il commandait le 20 ème groupe de chasse en 1944. Il fut abattu le 11 février 1944 après une mission d'escorte de bombardiers sur Francfort. Contraint de sauter en parachute, il atterrit à Preux au Bois près de Valenciennes en France. Il  fut pris en charge rapidement par la Résistance locale (Elie Harbonnier, Gaston Lépine.....). Amené à Lille par Fernande Poulain, directrice d'école, rue Gambetta à Lille, il arriva chez Mr et Mme Vanaerde de Tourcoing avec le F/O Milton Ramsey, tombé à Deulémont. Avec d'autres aviateurs alliés, la Résistance française réussit à les exfiltrer de France. Ils termineront leurs parcours d'évasion à Gibraltar après avoir traversé la France du Nord au Sud, franchi les Pyrénées et pris en charge au final par les services diplomatiques américains présents en Espagne.

Son parcours d'évasion le fit donc amener à rencontrer de nombreux Résistant(e)s et  familles de "Helpers". 

Lt Colonel Montgomery près de son avion - Sources : Arthur Sevigny, MSgt USAF (Ret)  Historien  20th Fighter Wing Association  
Lt Colonel Montgomery en 1944 - Sources : Arthur Sevigny, MSgt USAF (Ret)  Historien  20th Fighter Wing Association  - Bisher Collection 
Selon Arthur Sevigny, le lieu de prise de vue de la photographie était inconnu pour la famille du Colonel Montgomery. La présence de la chienne  "Ketty", très souvent photographiée avec les aviateurs dans le jardin de Mr et Mme Fernand et Céleste Vanaerde permet d'identifier ce lieu. 

Sur la photo ci-contre, "Ketty" pose avec le S/Sergent américain Steve KRAWCZYNSKI  et le Sergent anglais Joseph KENNETT dans le jardin de la famille (Sources : Mémoires de Mme Celeste Vanaerde) 

La famille Vanaerde fut arrêtée par la gestapo alors même qu'elle hébergeait Robert Montgomery et Milton Ramsey qui durent se réfugier sur les toits. Fernand Vanaerde sera déporté par le train qu'on appellera "Le dernier train de Loos".   
Qui était Madame Thérèse BONNEY ?
Photographe américaine (1894-1978), elle s'installe à Paris en 1919. Elle devint correspondante au Figaro et collabore à des périodiques américains et français de 1925 à 1931. Elle fonde le premier service de presse illustrée en Europe.

Elle côtoie et photographie les plus grands artistes de l'époque : Fernand Léger, Raoul Dufy, Marc Chagall.....

Elle immortalise sur sa pellicule Charles Lindbergh félicité à Paris par le Président Aristide Briand le 21 mai 1927. 

De nombreux scientifiques se retrouvent également au bout de son objectif.
Elle devient ensuite, dès 1939, l'une des premières femmes reporters de guerre. 

Elle part en Finlande pour photographier la guerre qui l'oppose à l'U.R.S.S de Staline. Revenue en France, elle fige sur ses pellicules l'exode de 1940 en France.......  

C'est au titre de reporter de guerre, qu'elle écrit au Colonel Montgomery pour lui parler de ce qu'elle a vu et photographié pendant les mois qui ont suivi la capitulation de l'Allemagne nazie : camps de concentration, exode de populations, misère, tristesse et détresse humaine ..............

Sources : Arthur Sevigny, MSgt USAF (Ret)  Historien  20th Fighter Wing Association  - Archives de la famille Montgomery
 
4 septembre 1945 
 
Cher Colonel Montgomery 
 
Je suis correspondante de guerre américaine, auteur « Des enfants d'Europe ». Je viens de rentrer d'Europe où j'ai passé une grande partie des derniers mois à visiter les familles, les hommes, les femmes et les adolescents, les garçons et les filles, qui ont sauvé les aviateurs américains tombés en France entre notre entrée en guerre et l'invasion. 

J'ai trouvé village après village, maison après maison, d’un qui avait caché un, souvent beaucoup de nos garçons ... parlé avec ceux qui les avaient ramassés dans les champs, pris soin d'eux, partagé leurs rations avec eux, donné les vêtements qu’ils avaient sur leur dos et qui était un déguisement, ils pouvaient ainsi s'échapper, et l'ont fait. 

Vous connaissez l'histoire, mais vous rendez-vous compte que cinq mille aviateurs américains ont été sauvés par trente mille Français et leurs familles ? Réalisez-vous que beaucoup de ceux qui vous ont sauvés, vous ou un autre garçon, ont été fusillés, déportés en Allemagne, torturés et peut-être morts de faim dans les camps d'extermination et de concentration, parfois uniquement parce qu'ils ont répondu à quelqu’un qui frappait à la porte de la cuisine ? 

J'ai visité de nombreux foyers, vu les veuves et les enfants de ceux qui ne reviendront pas. Une petite femme, l'épouse d'un boucher, dont le mari est décédé à Buchenwald, m'a dit: «Mademoiselle, nous n'avons fait que notre devoir. Si après l'arrestation de mon mari, un autre aviateur américain avait frappé à la porte, je l'aurais aussi caché. ". 

Wm Phillips Simms et d'autres prédisent, pour l'Europe, le pire hiver depuis le moyen-âge. La plupart de ces personnes qui vous ont aidés, vous ou un autre garçon, vivront des moments de désespoir. 

Votre dette, notre dette ne pourra jamais être acquittée. Un lien sacré existe entre eux et vous, entre eux et votre famille, père, mère, sœur, femme et enfants, entre ceux qui se sont sauvés et ceux qui les ont sauvés. 

Beaucoup d'entre vous ont, sans aucun doute, été impatients de contacter ces personnes, se sont demandés si elles pouvaient faire quelque chose pour elles, quelque chose de vraiment personnel, car elles n'avaient pas pu agir avant la fin de la guerre. 
Seriez-vous prêt aussi: 

1) A envoyer un colis alimentaire chaque mois à une famille ou un village spécifique ? 
2) A envoyer des vêtements ? 

Faites-moi savoir par retour de courrier ce que vous pouvez et voulez faire, en donnant le nom et l'adresse d'une famille ou d'un village en particulier. Un groupe parisien en formation veillera à ce que votre colis parvienne à la famille ou au village même. Ce groupe s'arrangera avec une adresse A.P.O, afin qu’ aucun retard ne puisse être pris. 

Il servira de liaison entre vous et les familles ou villages concernés, établira des contacts et accélérera les livraisons afin que, face aux difficultés actuelles de transport et de communication, votre colis puisse atteindre ces personnes directement et immédiatement. 
De cette façon, vous leur soulagerez l’angoisse de l'hiver à venir. 

Veuillez m’envoyer tous les détails sur la ou les familles françaises, l'histoire, qui a contribué à vous sauver, ainsi que leur nom, ou, si vous le pouvez, les noms et adresses des autres garçons qui ont été sauvés. 
 
Tout ce que vous pouvez dire sur votre expérience pourra être utile pour les aider. 
Cordialement 
 
Adresse jusqu’au 20 septembre 
117 East 30th Street 
New York City 
 
Par la suite : 
Aux bons soins de  
Comité « They Saved Our Boys »  
10 Boulevard de la Tour Maubourg 
Paris -France 

Le visionnage des photos sur le site des archives californiennes permet de trouver l'identité de "la petite femme, épouse de boucher" dont le mari est décédé à Buchenwald.

Il s'agit de Madame Pierre DE KEGEL. On retrouve leurs noms dans la liste des "French Helpers" dans la commune de MAILLY-CHAMPAGNE ainsi que les noms de Léa et Rémi  CHANDELOT. On peut voir leurs photos sur le site cité précédemment.

Tous sont liés directement au réseau POSSUM qui agissait notamment en Champagne (branche du réseau SHELBURN) et étroitement lié également au réseau COMETE.

Parmi les aviateurs aidés par Mr et Mme DE KEGEL, on trouve le 1/Lt Donald OGILVIE,  le 2/Lt Robert Bruce KILMER (Américains - initialement évadés, ils seront arrêtés ensuite et envoyés en Allemagne comme prisonniers de guerre), le Squadron Leader Wallace LASHBROOK de la RAF qui sera exfiltré de France grâce au réseau COMETE......

Concernant la demande d'aide de Mme Thérèse BONNEY faite auprès du Colonel MONTGOMERY, les mémoires de Mr Gaston LEPINE (Sources Mr Laurent BATON - Neveu du Résistant) indiquent qu'elle ne serait  pas restée sans réponse : 
.......Après la libération MONTGOMERY, alors Colonel aviateur vint remercier Cloez, Wattu ainsi que tous ceux qui lui étaient venus en aide. Il parcourut Gommegnies en voiture avec ces personnes à ses cotés. Il nous raconta son évasion mouvementée et promit une récompense à chacun. Ensuite il partit à Sebourg remercier Lepine et ses collaborateurs. La récompense promise est venue peu de temps après sous forme de colis envoyés d'Amérique. Ces colis étaient copieusement garnis de vêtements et de conserves. Le colonel entretint longtemps encore par la suite une correspondance avec Mme Wattu. Après le départ de cet homme nous apprîmes que beaucoup de gens à Gommegnies étaient au courant de l'affaire. Il ne fut pas découvert par les Allemands. C'est une véritable chance.......